Sous le choc

Imprimer

 Comme beaucoup je suppose, j’ai passé la nuit devant mon écran de télévision, abasourdi par les images de l’incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris et qui n’est pas encore totalement éteint au moment ou j’écris ces lignes. Stupéfié d’une stupeur très particulière que seul le 11 septembre 2001 avait suscité en moi. On me fera remarquer avec raison que les deux évènements n’ont aucun rapport, notamment en terme de bilan humain. Mais du point de vue émotionnel, il en va autrement, comme en témoignent les cris de désespoir des Parisiens quand la flèche s’est effondrée…

Ce qui s’est passé cette nuit pourrait bien constituer, pour la France et plus largement pour l’Europe, un tournant symbolique et civilisationnel. Voilà des décennies que l’héritage judéochrétien de cette partie de monde est méprisé et moqué, battu en brêche par le relativisme culturel, la haine de soi et le nihilisme pratique qui sous-tendent le prêt à penser de notre époque. Devant le spectacle de ce chef d’œuvre du Moyen Age s’abîmant dans les flammes, nous devons nous interroger. Et si c’était la métaphore de notre civilisation en péril ? Le signe prémonitoire d’un possible effacement que Paul Valéry avait prédit: « Nous autres civilisations, nous savons désormais que nous sommes mortelles » ? En tout cas, les générations  bâtisseuses qui nous ont précédé savaient lire, elles, dans les évènements saillants qui se produisent, les signes d’un destin.

Car on ne doit pas oublier qu’avant les églises de pierre, il y a l’Eglise de chair. Lorsque le Christ lance à Pierre ce jeu de mots fameux «Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise», il parle des pierres vivantes que sont les porteurs de foi et non des bâtiments. Je ne puis m’empêcher de rapprocher cela du constat que l’analyste Jerôme Fourquet établit dans un livre récent (1), à savoir que le processus de déchristianisation de la France est quasiment achevé.

Mais peut-être au contraire un indice d’espoir se tient-il dans le cri de désespoir des Parisiens. Le point de déclanchement d’une prise de conscience et d’un retournement spirituel qui pourraient faire tache d’huile. Après tout les quelques chrétiens qui restent encore, toutes confessions confondues, s’apprêtent à fêter Pâques. Ils savent donc que le dernier mot de la vie, ce n’est pas la mort, mais la vie. Certainement Notre Dame sera rebâtie, ce qui peut constituer pour le peuple de France et au-delà, un magnifique projet fédérateur. Cette reconstruction n’aura de sens toutefois qu’à la condition d’être portée par un puissant mouvement d’éveil spirituel.

 En ce triste matin, bien des ombres demeurent. Il faut vraiment souhaiter que l’enquête policière parvienne à établir l’origine accidentelle du sinistre. L’incendie criminel tout récent de Saint-Sulpice et les nombreuses dégradations intentionnelles d’églises qui se succèdent depuis des mois (dans le silence quasi complet des médias mainstream) l’exigent. Sinon les délires complotistes vont se déchaîner. Déjà ces dernières heures, la bêtise, l’inculture et la haine à la puissance dix ont déferlé sur les réseaux sociaux. Qui n'étaient pas  sans renvoyer à certaines scènes de liesse scandaleuse montrées par des chaînes de télévision lors de la chute des Tours jumelles… Il y a là un autre type de braises problématiques, un autre incendie potentiel à traiter de toute urgence. 

Une mention spéciale pour finir à François-Xavier Bellamy. Voilà un homme dont j’ignorais tout et qui se détache très nettement des innombrables prises de parole suscitée par la catastrophe. Intelligence, hauteur de vue, sensibilité, culture, vision, rien ne lui manque. Il a su trouver les mots et montrer une direction. On dit parfois que la naissance d’un destin politique, c’est la rencontre entre un homme et les circonstances de l’Histoire. Qui sait ? A mon avis, il est à suivre attentivement.

(1) L'Archipel Français, Seuil, 2019

Lien permanent 11 commentaires

Commentaires

  • Mais ça n'est que du matériel. En revanche, les enfants qui meurent de faim tous les jours, on s'en fout!

  • "Mais ça n'est que du matériel. " Comment peut-on tomber si bas pour faire des déclarations pareilles ? Cela en dit long sur l'état mental de l'humanité actuelle...
    Personnellement, qu'il y ait cinq ou dix enfants qui meurent chaque seconde, non seulement je m'en fiche mais je crois que vu la dangerosité de la courbe de croissance démographique de l'humanité, je me demande s'il ne faut pas se demander si c'est assez. Quand on lui montre la surpopulation, l'imbécile regarde le réchauffement climatique (resp. le plastique, les pesticides, etc, et...).

  • Depuis des mois des églises, des cathédrales et des basilique sont victimes d'actes christianophobes!

  • Bonjour M. Schnid,

    Je suis , tout comme vous , sous le choc et on ne peut l’etre à moins. Des langues se délient...... J’espère que les politiques et les médias auront compris que nous attendons la vérité de leur part!

  • Et oui Géo, la surpopulation est la cause principale de l'impacte humaine sur la biodiversité, etc...etc... Et de très loin. Comme a essayé de le démontrer l'essayiste Antoine Buéno dans la Tribune d'il y a deux jours. Mais non, les neuneus pro-climat se demandent s'ils vont encore pouvoir prendre l'avion sans impacter la survie de l'humanité. Qu'ils continuent à bouffer des graines et à se masturber intellectuellement pour éviter de parler du problème central.

  • En ce qui concerne Notre-Dame, pour le moment, je me conforme à la version accidentelle, Si cela ne devait pas être le cas, je crains que tout parte en cacahuète. Mais je peux me tromper, vu le peu de réactions après le massacre du Bataclan.

  • L’ »être » naturellement. Imbécilité d’iPad oblige!

  • Mais encore☹️:) ? Désolée M. Schmid..... ma correction :)

  • Une chose étonnante.
    Alors qu'il est impossible de savoir comment le feu a pris, pas encore le moindre indice... on nous a fait savoir que l'incendie de Notre-Dame a été involontaire...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel