Bref éloge du blasphème

Imprimer

Maître Eckhart (1260-1328) a quelque part cette formule surprenante : « Même quand tu blasphèmes, tu loues Dieu. »

  De quel Dieu ris-tu ? De quel Dieu es-tu athée ? De quel fantasme de Dieu es-tu athée ? Peut-être est-ce du même fantasme de Dieu dont moi croyant, je suis athée et je ris aussi ? Fort heureusement, quatre vingt- dix pour cent de ce que les gens appellent Dieu n’existe pas…

  Eckhart veut dire que le blasphème n’est pas forcément attentatoire à une foi authentique. Il peut au contraire nous aider à approfondir le respect véritable, et le rendre plus spirituel. Dans ce cas, le blasphème sauve ce qui doit l’être au musée du folklore religieux. Il rejoint la dimension d’athéisme présente dans le christianisme : Personne n'a jamais vu Dieu... (Jn 1,18). Les premiers chrétiens furent traités d’athées et poursuivis comme tels parce qu’ils se moquaient du culte de l’Empereur de Rome…

  Le blasphème touche juste lorsqu’il atteint nos caricatures de Dieu, c’est-à-dire les images mentales que nous nous faisons de lui. Ces images mentales sont obligatoirement fautives dans tous les cas puisque Dieu n’a pas d’image. De surcroît, en hébreu biblique le nom de Dieu se résume à quatre consonnes sans voyelles. En plus d’être irreprésentable, Dieu est imprononçable. Il y a de quoi rire, vraiment…

  La foi peut et doit manifester une forme d’insolence légitime vis-à-vis du sacré.

  Les Prophètes ne craignent pas de passer pour des blasphémateurs, lorsqu’ils dénoncent le formalisme et l’oubli de la Loi – l’oubli de la Loi pouvant consister en une obéissance superficielle pour mieux se dispenser du fond.

  Jésus est traité en blasphémateur lorsqu’il se comporte de façon incisive envers le clergé du Temple de Jérusalem – ce qui probablement lui sera fatal –, tandis que du côté romain on subodore chez lui un sacrilège potentiel envers le culte de l’Empereur.

  La foi nourrit un détachement, une distance avec les sentiments religieux humains. Il y a alors de la place pour le blasphème, à la condition expresse selon moi que ce dernier soit empreint d’humour et d’autodérision. C’est là qu’on rejoint le rire qui fait si peur aux moines du Roman de la Rose d’Umberto Eco. Le rire attente au sacré en ce qu’il le démystifie et le fait descendre de son perchoir. Dans ces conditions, le blasphème est une forme d’iconoclasme positif, un principe critique de la foi capable de se remettre en cause.

  Le rire est raisonnable à sa façon. Il fait partie des petites aides de Dieu. L’humour peut être une forme de l’amour, pourquoi pas ?

  Quant au diable, n’est-ce pas au fond l’arrogance de l’esprit, la foi sans sourire, la vérité massive, jamais effleurée par le doute ? Un fanatique n’est-ce pas en définitive quelqu’un qui manque totalement d’humour ?

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • Le blasphème est un terrain glissant :-).
    Je ne suis pas pour le blasphème. Je ne suis pas pour la confusion . Le rire n est PAS un blasphème. C est une contradiction des raisons qui se matérialise par le son du rire. Sans compter que rire et humour ou rire et sourire n est pas la même chose. Les humoristes sont souvent très sérieux. Le dessin n est pas lui non plus un blasphème c est un dessin. Le blasphème est une parole qui outrage une divinité. C est beaucoup moins grave que d enculer un gosse comme dirait Charly ET jésus. La confusion voilà la conséquence du blasphème. Autre exemple la colère l expression de la colère n est PAS un blasphème. Bref n est pas blasphémateur qui semble l être. Non ?

  • Intéressant point de vue.
    "Le blasphème est une parole qui outrage une divinité."
    Il me semble que c'est avoir une bien piètre opinion de son dieu que de penser qu'il puisse être outragé par une parole humaine.
    Une fois de plus, on voit bien que l'homme a créé dieu à son image, avec toutes les faiblesses et les torts qui le caractérisent. Les Anciens disaient déjà que si les poux s'imaginaient un dieu, il aurait la forme d'un poux (cité de mémoire).

  • A mon sens, il n'est pas question de "musée folklorique du religieux", qui, recèle quand même une majorité des oeuvres artistiques majeures de l'histoire. (Deux exemples occidentaux : Notre-Dame de Paris, la messe en si de J-S.Bach)

    La question du blasphème convoque, telle que déclinée aujourd'hui, une ré

    flexion sur l'appropriation et l'instrumentation des religions par des instances

    qui cherchent le pouvoir ( ou entretenir celui qu'elles détiennent.)

    Sur ce terrain, on ne rigole plus, on ne contemple plus, on ne prie plus: on tue.

Les commentaires sont fermés.